DISCOURS DU 1er Mai DU PRESIDENT DU CONSEIL NATIONAL DU PATRONAT DU TOGO

0
140

-Monsieur le Premier Ministre,

-Madame la Présidente de l’Assemblée Nationale,

-Monsieur le Ministre du Travail, de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative et de la Protection Sociale

-Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,

-Honorables Députés à l’Assemblée Nationale,

-Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,

-Monsieur le Président du Conseil National du Dialogue Social (CNDS),

-Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo,

-Mesdames, Messieurs les Présidents des associations professionnelles d’employeurs,

-Mesdames, Messieurs les Chefs d’entreprises,

-Madame, Messieurs les Secrétaires Généraux des

Centrales Syndicales,

-Chères Travailleuses, chers Travailleurs,

-Distingués invités, 

-Mesdames, Messieurs,

Tout comme l’année dernière, nous célébrons encore cette année la fête internationale du travail ; un moment de grandes retrouvailles entre l’Etat, les organisations d’employeurs et de travailleurs.

Cette importante célébration du 1er Mai, m’offre l’occasion d’adresser au nom du Conseil National du Patronat du Togo, mes hommages mérités aux grandes figures du mouvement syndical pour leurs contributions décisives à la lutte des libertés syndicales et pour la protection sociale.

En effet, c’est avec un plaisir renouvelé que le CNP-Togo salue tous les travailleurs l’occasion de cette célébration de la fête du 1er Mai. Ce jour est avant tout la fête des travailleurs et non du travail.

A ce propos, permettez-moi d’adresser mes sincères remerciements à tous les employeurs et travailleurs du secteur privé, pour avoir répondu favorablement et massivement à l’invitation qui nous a été adressée par les organisateurs de la présente rencontre, aux fins de commémorer ensemble, la fête du travailleur.  

Ce 1er Mai est un jour de commémoration à l’égard des travailleurs qui, par leur lutte historique avaient versé leur sang, perdu la vie pour obtenir des droits et la reconnaissance de leur statut.

On se rappelle, avec émotion, les dernières paroles de l’un des condamnés de la lutte historique, Augustin SPIES, inscrite sur une stèle à Chicago, je cite : « le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui » (Fin de citation).

Mesdames et Messieurs,

Le 1er Mai n’est pas un jour comme les autres, c’est certes une journée de revendication et de solidarité internationale. Mais nous devons la célébrer dans une ambiance festive au-delà des cahiers de doléances qui seront présentés aux employeurs, le Gouvernement et les opérateurs économiques du secteur privé.

Cette importante date du 1er Mai, instituée à travers le monde entier, reste dans le cœur de tous les travailleurs une date symbole qui doit susciter en nous une réflexion profonde sur les conditions de travail.

Pour ce faire, il importe de souligner et de résumer les aspirations de tout travailleur, à savoir celle d’exercer un travail productif et convenablement rémunéré, assorti de conditions de sécurité sur les lieux de travail, et d’une protection sociale pour sa famille. Je viens d’indiquer là les contours d’un travail décent qui donne aux individus la possibilité de s’épanouir et de s’insérer dans la Société, d’exprimer librement leurs préoccupations, de se syndiquer et de prendre part aux décisions qui engagent leur destinée.

Dans cette perspective il sera établi une égalité de chance et de traitement, aussi bien pour les Hommes que pour les Femmes. Ce sont ces valeurs que nous devons maintenant promouvoir par le travail décent. En clair, nous devons développer une vue commune de la Responsabilité Sociale ou Sociétale de l’Entreprise (RSE), comme une réponse des entreprises à un monde en mutation. 

C’est dans cette logique qu’ont eu lieu des négociations bilatérales entre la Coordination des Centrales Syndicales du Togo, y compris la Synergie des Travailleurs du Togo, et le Conseil National du Patronat du Togo. C’est là une victoire pour les deux parties.

Nous voudrions, alors, réitérer notre ferme détermination à répondre au mieux, aux aspirations des travailleurs.

Le secteur privé togolais, conscient de son devoir et de ses responsabilités, invite les associations professionnelles à s’associer pleinement à cette dynamique, en vue d’améliorer la productivité et la croissance.  

Mesdames, Messieurs,

Cette journée, au-delà de sa dimension symbolique, nous interpelle constamment sur les urgences socio-économiques auxquelles notre pays doit faire face.

Pour cela, le CNP-Togo invite les opérateurs économiques de tout bord à continuer de soutenir les efforts du Gouvernement pour attirer davantage les investisseurs et accroître les investissements directs étrangers (IDE) dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND).

Ceci est du devoir des organisations patronales qui ne doivent jamais oublier la grande confiance investie en elles, en tant que créatrices d’emplois, de richesse et en tant que poumon économique du pays.

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,

Nous vous remercions de votre attention permanente et soutenue à nos doléances même si certaines d’entre elles n’ont pas encore trouvé de solution. Nous nous réjouissons et vous remercions pour les efforts faits pour l’amélioration du climat des affaires;

Nous souhaitons vivement à ce propos, que le Gouvernement relance l’économie par des investissements dans les secteurs productifs, dits aujourd’hui secteurs porteurs, par l’accompagnement des PME/PMI en prenant des mesures d’incitations pour les entreprises qui offrent de l’emploi aux jeunes. Nous souhaitons vivement, dans cette logique, que le code des investissements et la charte des PME/PMI, soient véritablement mis en application, sans oublier de développer davantage les Partenariats Publics-Privés (PPP).

Nos objectifs aujourd’hui, c’est d’ouvrir de nouveaux chantiers, par l’implication du patronat dans l’agrobusiness, la sensibilisation des entreprises à développer sur les lieux de travail un dispositif de santé, de sécurité, de prévention de risques professionnels et de promotion d’une nouvelle génération d’entrepreneurs

Mesdames, Messieurs les Travailleurs,

Vous voudrez bien me permettre de profiter de cette tribune, pour vous rendre un hommage mérité et vous féliciter pour vos précieux efforts et contributions à la vie des entreprises. Nous tenons ici à réaffirmer, comme chacun le sait, que ce sont les ressources humaines qui constituent la première richesse d’une entreprise.

Aussi, voudrions-nous vous exhorter à un travail assidu et engagé, pour sauvegarder l’outil de production que constitue l’entreprise, car nous portons collectivement une lourde responsabilité.

Nous souhaitons à ce propos vous inviter à promouvoir un dialogue qui laisse la place à des négociations, car les employeurs auront toujours une oreille attentive à vos revendications. Le renforcement du dialogue social doit donc demeurer une priorité, car sans stabilité sociale durable, toute œuvre risquerait d’être hypothéquée.

Oui, nous devons promouvoir également l’égalité des chances de promotion et de rémunération. Ce sont ces valeurs qui doivent être le leitmotiv de tous les employeurs et c’est à cela que nous travaillons en tant qu’organisation d’employeurs.

Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais terminer mes propos, sans faire un clin d’œil à l’actualité.

Nous venons en effet de commémorer le weekend dernier l’accession de notre pays à l’indépendance. A cette occasion, le Chef de l’Etat, dans son adresse sur l’Etat de la Nation, a annoncé d’importantes mesures, notamment sociales, à savoir  le relèvement de la valeur indiciaire des salaires à hauteur de 5% pour le compte du budget de l’Etat en 2020. De même, pour les départs à la retraite, la reprise de l’allocation instaurée à cet effet, dès janvier 2020.

Par ailleurs, le Président de la République a également renouvelé l’intérêt particulier qu’il ne cesse de porter au secteur privé, en particulier les jeunes et les femmes opérateurs économiques. En effet, il a demandé de porter la part des contrats de marchés publics réservée à cette catégorie d’acteurs de 20% à 25%. Cette option constitue une manne destinée aux jeunes entrepreneurs qui trouvent là une occasion de bénéficier d’un appui exceptionnel, non seulement pour disposer de ressources financières, mais aussi pour bénéficier d’expérience utile dans leur corps de métier.

C’est dire que le Gouvernement veille au mieux-être des citoyens, notamment les plus vulnérables.

Ce n’est qu’au prix des efforts analogues pour restaurer la paix sociale,  que nous pourrions maintenir la cohésion, assurer la crédibilité de notre communauté face à la mondialisation ; ce n’est qu’à ce prix et investi de cette confiance en nous-mêmes et en notre avenir que nous pourrons relever les défis qui nous attendent. 

Le romancier et dramaturge AMADOU KONE, dans les Frasques d’Ebinto, écrit :  « Le travail, même s’il n’arrive pas à sortir l’Homme de la misère, il lui garantit sa dignité ». C’est au nom de cette dignité que je vous souhaite une bonne fête de travail et que nos ENTREPRISES PROPERENT !

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Laisser un commentaire